chronique de mars, nouvelliste

chronique de mars, nouvelliste

Il est 18h20 au pays du moustique tout puissant. Il a fait très lourd aujourd’hui. J’ai pris une douche bien froide et aussitôt, je me suis embaumée d’anti-moustique. Au loin, le chanteur de la prière se montre tout à fait créatif : Un seul «Allahou Akbar» peut durer de nombreuses secondes en mélismes qui n’en finissent pas de monter et de descendre. 

Précieux débriefing visuel

Depuis mon retour du Burkina, je n’ai pas encore retrouvé la patère où j’ai pour habitude d’accrocher mes illusions. Rôdent encore autour de moi les sensations de l’Afrique. Se souvenir de la magie, se souvenir.

Mon visage a mémorisé les heures passées à l’arrière du pick-up, grisée par la caresse du vent, des odeurs et des sensations de là-bas.

C’est grâce à Maï tout ça. Un soir où elle m’avait consolée d’un incident traumatisant, elle m’avait cédé sa place à l'arrière de la moto, indiquant au chauffeur que mon visage avait besoin d’être lavé de beaucoup d’air et mon corps d’être accueilli par le courant. Etait-ce son exacte formulation? Si les mots ne rendent pas justice à l’exactitude de ses paroles, le sens y est furieusement fidèle. J’indique à mon cavalier  dans la nuit, qu’il a oublié d’allumer ses phares. Il me répond qu’il songera à les réparer au matin. Ses priorités me semblent tout à fait adéquates. Je coince ma jupe dare-dare pour éviter de freiner notre allure. De temps en temps, mon chauffeur s’assure que je m’en sors bien à cette tâche. C’est ainsi et avec amusement que je choisis d'interpréter ces gestes. 

Et mes courts cheveux se prennent pour une tignasse et mes yeux se fichent pas mal du sable et mes dents crissent un peu à l’arrivée avec un petit goût de métal, même pas désagréable. Nous nous sommes tous habitués depuis notre arrivée ici à faire du sable notre nourriture quotidienne. Incidence saisonnière.

Arrivée à destination j’ai décrété que mon corps ne verra plus l’intérieur d’une voiture sur sol africain.

Et au risque de continuer à vous déblatérer mes belles phrases d’une profondeur toute grammaticale, je vous partage une photographie qui témoigne précisément de ces instants. Lauren Pasche, magnifique photographe et précieux être humain au demeurant a veillé à saisir les images d’émotions qui font du bien à être illustrées.

De nos jours y a pas mieux qu’une Lauren pour faire un débriefing visuel qui replace les émotions au bon endroit et valide les plus précieux et magiques moments ressentis.

 

 

 

L'ancêtre de la chanson

Damien, c’est comme un invité qui arrive à l’improviste et qui frappe toujours juste. Quand il frappe, il s’empare de la situation, et c’est lui qui mène le bal pour le temps qu’il aura estimé à son goût, à son amusement. Il arrive et repart sans qu’il n’ait manqué parce que jamais il n’a été absent. C’est son super pouvoir à lui.

 

Sa deuxième formidable compétence, c’est celle de mettre invariablement son partenaire en évidence. Même avec une vacherie, il arrive à orienter le projo sur son camarade de jeu avec une habileté déconcertante.

Avec lui, n’importe qui fait un combo magnifique.

Il propose une danse dans laquelle l’adversaire doit rester sur ses pointes pour éviter de s’aiguiser les dents sur un angle de vue un peu trop abrupt.

 

Ce qui est garanti : A aucun moment il ne te mettra à l’aise.

Ce qui est immanquable: Tu ne t’en sortiras jamais indifférent.

 

Et avec un tempo effréné et sans en rater une, le Z attrape la discussion au vol et manie férocement la répartie avec une légèreté de baladin.

Il distille un dosage dont lui seul a le secret, entre affectueux et licencieux - toujours tendre.

 

Je m’assieds à côté de lui. Il me regarde de haut en bas, flegmatique : Je n’ai pas d’avis sur cette chemise, Sylvie.

Ouagadougou, la théorie du ressort

Et entre visiteurs, nos éclectiques coutumes se confrontent et cohabitent. On gère nos stress et nos différentes échéances. Ça cohabite en harmonie et en effondrements aussi naturellement qu’un convoi de chameaux. De loin, c’est harmonieux, de plus près carrément chaotique. De trop près c’est objectivement indémêlable. Un groupe d’artistes, ça te fait grimper les émotions en symétrie à une vitesse vertigineuse. L’ascenseur ayant comme seul défaut d’avoir accès au 36ème dessous tout aussi sec. Le matin c’est le chant du muezzin qui nous réveille une première fois, vers les 5 heures. On compare la mélodie du jour du chanteur en haut de sa tour… plus ou moins créatif, le rossignol.

C’est Greg qui, le premier matin, a égayé le petit déjeuner en demandant si on avait remarqué que la mélodie du jour, avec pour paroles « Allahou Akbar », se chantait sur la mélodie de « ce n’est qu’un au revoir ». C’est un boute-en-train ce grand gaillard. Des fois à l’observer,  je me dis qu’il a quelque chose d’un rien "statuesque" qui frôle l’intouchable. Et c’est la narine qui bouge en premier, s’ensuit un petit « rrr » dans la gorge et puis c’est l’éclat de rire digne d’un enfant de 5 ans qui fait voler en éclat le plâtre et la stature. Greg, il rit comme un ressort, ça part du diaphragme en ondes de chocs. A observer c’en est presque une chorégraphie. Et surtout c’est irrésistiblement contagieux.

Certains vendent de l’amour,  de l’inconditionnel, du piquant, de la lourdeur, moi, je vends des théories. Je me vends mes théories euristiques jusqu’à l’épuisement. C ‘est mon obsession salutaire actuelle : l’épuisement de la question.

Je m’y applique avec assiduité et sans volontarisme. Mes théories je m’y accroche comme à la merveille de l’inspiration. Je m’y accroche comme certains se libèrent et ça nourrit mon désert, que je traverse comme tout un chacun. Cela m’amènera jusqu’à ma prochaine prise de tête qui va repeupler mon monde intérieur pour quelques heures et quelques jours si j’ai de la chance, jusqu’à ce que j’attrape la prochaine inspiration qui nourrira ma lubie du moment.

Et entre deux révolutions, je me nourris du rire à ressort de mon camarade qui semble avoir été posé là pour prendre soin et pour, de temps en temps, partager une faille salutaire à laquelle s’éclairer et se rassurer que l’égo, le charisme et la candeur peuvent s’abriter sous la même coiffe. Ca te réchauffe comme un feu de bois bien sec qui craque, chauffe et t’offre les plus belles nuances de bleu vif.

Ouagadougou, la terre et le sable

Dans l’avion, je me surprenais n’avoir aucun souvenir de 16 ans auparavant. Il a suffi de quelques secondes à ma sortie de l’avion, pour que l’odeur du Burkina me ramène instantanément à mes anciennes sensations. L’émotion a doucement serré mon larynx. La terre.

C’était la terre qui m’avait laissé le souvenir le plus fort. Battue, ocre.

A travers le hublot, Ouagadougou est embrumée… Mais la brume, quand elle est sèche et qu’elle pique les yeux, c’est de la poussière.

Partout, le sable.

 

Au matin, l’énergie est bienveillante et j’apprécie chacun de mes camarades de jeux. C’est Damien qui met mon baromètre au « bleu ciel » aux premiers mots échangés :

-Tu penses que j’ose prendre cet escalier en colimaçon ?

-Je sais pas j’ai pas encore regardé ton cul.

Une merveille de rugosité cet homme.

 

Cet après midi, remontent mes souvenirs de Nassahara : ça va ? Un petit « ça va « fait office de salut ici. Et c’est toujours souriant. Le plaisir de se côtoyer et de s’interpeler est rieur et spontané. Une petite fille m’offre des citrons. Temps d’arrêt, à la recherche de mon argent, elle chasse ma question d’un geste de la main et d’un petit rire dans sa gorge. Cadeau.

 

Première rencontre musicale du séjour : Diko fils avec qui j’ai répété une chanson en Bambara, dit plutôt Djoula par ici. C’est la langue commerciale et la langue du Mali également. Je me réjouis d’interpréter avec lui sur scène cette chanson "Faty" dans laquelle il demande pardon de n’avoir pas été présent pour accompagner sa mère vers l’au-delà.

Dicko est Peuhl. Il en tient les marques et le port de tête. Il est petit, sérieux et fier.  Le sourire n’est pas bien loin, mais il maintient le vousoiement.

Je sens sa présence malgré son regard lointain.  C’est une force douce et perçante à laquelle je m’habitue petit à petit.

 

-       Dicko fils, es-tu devenu Dicko père quand tu as été papa ?

-       Non. Je suis Dicko fils et mes enfants aussi.

-       Et toi ? Es-tu Sylvie mère ou Sylvie grand-mère ?

Jérusalem

Les gens fument au café du Jerusalem Hotel. Tous. Le chat noir à longs poils est venu s'installer près de moi et par la fenêtre, je regarde les pierres blanches de la porte de Damas. La première chose qui m'interpelle, c'est la pâleur des pierres, et cette poussière blanche, partout ! Même les arbres ont le vert qui tend vers le gris.

J'entends de la musique ! Oh, du jazz ! Je ris... Pendant quelques secondes j'ai cru qu'on jouait du jazz dans la rue... Avant de m'apercevoir que ce sont les chanteurs en haut des tours qui ne se sont pas forcément mis d'accord sur la tonalité.

Le résultat est très jazz, avec de belles notes colorées qui tendent la mélodie juste assez longtemps avant de la résoudre.

Les chants de Jérusalem et le chat de l'hôtel me souhaitent la bienvenue !

Boston...

Les premières heures aux States me prennent toujours dans une peur irrésistible d'être phagocytée par le peuple jusqu'à y perdre mon identité d'individu! Je respire, j'observe autour de moi la masse des êtres vivants qui s'ignorent les uns les autres en parfaite harmonie. Je me surprends à me sentir plus que jamais mortelle (à la limite de l'angoisse) et à me demander quand celui ou celle-ci mourra, ses rêves accomplis ou non. Avec quels regrets inavoués? Après une bonne nuit de sommeil et la moitié du monde refaite avec mon amie Helen (passant par nos déboires et désillusions apprises (acquises?) durant l'année et demi écoulée depuis notre dernière rencontre), je reçois la visite d'un félin gris du nom de Jaco, puis rencontre un écureuil sur le porche de la maison. Ma réconciliation est en marche. Sur le porche de la maison il y a un swing. Ma liste des essentiels vers le bonheur quand je serai grande vient de se rallonger: un swing. Elle comportait jusque là 2 éléments de grande importance triés par ordre de priorité durant les années passées: 1. Une cheminée 2. Un chat (si possible devant la cheminée) 3. Un mélèze 4. Un swing sur le porche

J'ai accompli le point 3 dans mon quotidien présent. Le bonheur est en marche.

Jaco:

photo
photo

Une Vidéo humoristique de Pashupati

Une Vidéo de Pashupati Chatterji, entre humour et musique... C'est à nos concerts de Bangalore, dans le Sud de l'Inde que Pashupati a eu l'idée de faire cette petite vidéo. Il en a composé, chanté et joué la musique. Il est aussi responsable du concept, du dessin et de l'écriture.

Je ne l'ai rencontré que quelques minutes après le concert, et j'ai eu l'heureuse surprise de découvrir cette vidéo que je trouve pleine d'humour!

Cette chanson est extraite de 'Perl and the Last of the Neanderthals' (Musical Novel)

Voici le lien vers sa vidéo:

A Shot of Sylvie

http://www.youtube.com/watch?v=Pe6SvxkD7QU&feature=youtu.be

25 avril 2013, Ried

Récits d’une musicienne en quête de changement de rythme

Ried, pause sur un banc après 6 heures de marche

Discussion entre femmes, tendant vers l’absurde :

Femme #1 : je n’ai pas envie d’entamer le paquet de biscuits que j’ai acheté ce matin

Femme #2 : ok

Femme #1 : *silence*

Femme #2 : Tu les reprends avec toi en repartant?

Femme #1 : oui oui, t’inquiète pas je les reprends