Podcast du concert du 15 novembre 2014 avec Fraissinet

photo © Jérôme Genet / RTS Le 15 Novembre 2014, Nicolas Fraissinet et moi avons eu le grand plaisir de chanter pour une bonne cause! Nous étions accompagnés de merveilleux musiciens:

Annick Rody (violon)

Loïc Molineri (guitarre et basse)

Frédéric Thierstein (batterie)

Ce concert a été organisé en faveur de la Parenthèse

Les 20 ans d'Option Musique
Les 20 ans d'Option Musique

Fête anniversaire d'Option Musique du 5 octobre!

Je me réjouis de chanter une chanson en duo avec Nicolas Fraissinet à cette soirée, décrite ainsi par Option Musique: Cette année, Option Musique sonne 20 ans d’aventures musicales et de passion pour la chanson.

Pour clore en beauté les festivités, Option Musique a l’honneur d’accueillir Bénabar en concert le dimanche 5 octobre au Théâtre du Martolet à St-Maurice.

Votre radio préférée passera le cap de la vingtaine avec la participation de nombreux artistes romands « Autour du piano », Yannick Cochand, Nicolas Fraissinet, Marc Aymon et K rejoints par une palette de musiciens tels qu’Aliose, Loraine Felix, Junior Tshaka et Carrousel !

20 ans en chansons, une soirée qui vous réserve encore pleins de surprises, le dimanche 5 octobre à 17h au théâtre du Martolet à St- Maurice et en direct sur Option Musique!

2 invitations par personne. Nous vous remercions de participer à ce concours uniquement si vous êtes certains de pouvoir vous rendre à la soirée. Il y a peu de places pour beaucoup de demandes, merci d’avance de votre compréhension.

image-anniversaire1-296x300
image-anniversaire1-296x300

Une heure en compagnie de Valérie Ogier pour Option Musique

Valérie Ogier de la radio Option Musique me propose ici une petite heure de réflexion... Un coup d'oeil en arrière, juste avant l'été. L'occasion pour moi de vous donner de mes nouvelles et de partager mon parcours artistique avec vous...

crédit photo 1: © Georges Braunschweig for GM-press.ch

crédit photo 2: Valérie Ogier

crédit photo 3: Pierre Forclaz

IMG_3684
IMG_3684
Cheilon mt
Cheilon mt

A première vue, la première fois, c'est par ici...

photographie: Aline Fournier, la fouinographe! Une première interview avec Pierre Philippe Cadert, c'est un cadeau. Il pose des questions qui ancrent, il nous offre une petite pause dans notre quotidien pour se reposer des questions essentielles... (je vous laisse choisir le sens de cette dernière)

Ecoutez l'interview "A première vue" du 13 avril 2011 ici!

"Just like a woman"

(photographie Thierry Galeuchet @ youlook.ch, fin 2012) Pour écouter mon arrangement de "just like a woman" de Bob Dylan, cliquez ici: [audio:http://www.sylviebourban.com/wp-content/uploads/2013/04/Just-like-a-woman-rts-1.mp3]

C'était le 8 mars 2012 au studio 15 de la Rts, en direct et en public, pour l'émission Panorama d'Option musique avec Les filles de la bande et Alice, Nadj, Romaine, Bennedicte et... Fabian Tharin

Pour la page de l'émission, cliquez ici

Yet another review in the Hindu about the 26th of March concert in India / Une nouvelle critique dans le journal "Hindu" sur le concert du 26 mars en Inde

Pour l'article, cliquez ICI /// For the article, click HERE

La traduction (plus ou moins litérale):

La chanteuse suisse Sylvie Bourban et le guitariste suédois Mattias Windemo ont mis en place un bon spectacle de jazz, même si leurs morceaux ont été tirés de la musique moderne populaire occidentale.

Qu'est-ce que le jazz? Quand quelqu'un a posé la question à Louis Armstrong, il a répondu: «Madame, si vous devez poser la question, vous ne le saurez jamais." Pourtant, en dépit de l'indéfinissable déclaration du premier grand innovateur de jazz, de nombreuses tentatives ont été faites durant siècle dernier pour le définir; ils l'ont tous réduit grossièrement à l'hypothèse que ce qui distingue le jazz de la musique populaire occidentale de l'époque - appelez-là pop, rock, peu importe - est la place importante de l'improvisation.

Par définition, le concert de Sylvie Bourban (chanteuse d'origine suisse) et de Mattias Windemo (guitariste d'origine suédoise) à l'Alliance Française le 26 Mars était-il un concert de jazz? Pourquoi, par exemple, dans son annonce d'ouverture après le premier morceau, après avoir évoqué que le concert avait été annoncé comme jazz,  Bourban a émis un avertissement modeste et pour dire que leur musique s'inspire de différents genres et que le public trouverait ce soir le Jazz dans les harmonies, dans l'improvisation et dans le fait qu'ils n'effectuent jamais la même chanson deux fois de la même façon?

Depuis plus de cent ans, de nombreux chanteurs ont travaillé dans l'industrie du jazz en n'improvisant presque jamais et beaucoup d'autres n'ont improvisé qu'à de rares occasions. Tous ces chanteurs étaient appelés musiciens de jazz parce que même s'ils n'improvisaient pas, ils étaient accompagnés par des orchestres comportant certains des plus grands instrumentistes improvisateurs de jazz contemporain.

Bourban et Windemo, par ce critère, ont mis en place avec certitude un concert qui n'était pas seulement du jazz, mais du bon jazz, sans parler du fait que la quasi-totalité de leur répertoire est tiré de la musique populaire occidentale actuelle, que ce soit du folk, pop ou rock, en anglais ou en français, ou même dans le patois du village natal de Bourban. Et ce n'était pas seulement Windemo qui  a improvisé; Bourban aussi. Pas sur chaque chanson, mais sur la grande majorité, en utilisant avec avantage le scat, moyen d'improvisation des chanteurs de Jazz avec l'utilisation de syllables dénuées de sens. Et non seulement elle l'a fait en anglais, mais elle a scatté en français également! Signifiant, bien sûr, que les syllabes  ont été inspirées de phonétique française au lieu de l'anglais.

Le répertoire des standards de jazz n'a pas été complètement épargné par Bourban et Windemo. Quand ils ont repris le standard «Fine and Mellow» de Billie Holiday, ils ont surpassé la grande chanteuse de jazz - celle qui n'improvisait jamais - parce que Bourban a ajouté du scat français aux paroles en anglais avant que Windemo joue un solo de guitare qui égalait les grands instrumentistes qui avaient travaillé dur avec Holiday. Son scat de chants d'oiseaux pour 'Blackbird', le  classique de Lennon-Macartney est un autre bel exemple de ce qu'elle pouvait faire pour amener le jazz dans une chanson pop. Et quand ils ont repris «Autumn Leaves», une chanson pop vintage du milieu du 20e siècle, non seulement elle a chanté en français (d'ailleurs, c'était une chanson populaire française appelée «Les Feuilles Mortes» ou «The Dead leaves» avant qu'elle ne trouve une nouvelle vie aux États-Unis et en Grande-Bretagne quand Nat King Cole l'a chantée avec les paroles en anglais), mais aussi en anglais, en ajoutant du scat Français au milieu.

Ce morceau rappelait Cole (qui a chanté les paroles en français et en anglais) ainsi que Bobby McFerrin, l'un des plus grands chanteurs de jazz de tous les temps, même si ce n'est seulement que plus ou moins sur un siècle de jazz, car McFerrin est le roi du scat et connu presque exclusivement pour utiliser le scat plutôt que de chanter les paroles réelles même si elles existent (bien que sa version de cette chanson comprends à la fois de l'Anglais et du scat). Et non seulement cela, mais sa prononciation, contrairement à celle de Cole, était parfaite dans les deux langues!

Rien de ceci n'est surprenant, car Bourban est partie étudier à Boston à l'aide d'une bourse d'études au célèbre Berklee College of Music de Boston, où elle a interagit avec de nombreux grands noms du jazz dont McFerrin lui-même, et où elle a sans aucun doute perfectionné sa diction anglaise.

Certes, elle n'a pas improvisé sur chaque chanson, même si entre elle et Windemo ils l'ont fait sur la quasi-totalité du concert. En vérité, le répertoire, inspiré presque dans son entier en dehors des canons de jazz, était singulièrement dépourvu du style des "tappeurs de rythme du pied" que la plupart des gens associent au jazz. En fait, il a été presque entièrement constitué de pièces sentimentales ou sérieuses et de chansons d'amour.

Mais le jazz est une vaste église, et si quelqu'un leur avait posé la question à laquelle Armstrong avait dû répondre, ils auraient pu réponde avec justesse: «Ce que nous faisons, c'est du jazz." Et, avec deux musiciens accomplis, c'était du "bon" jazz en plus.

JAZZEBEL (journal THE HINDU)

A review from our Bangalore concert, in the south of India //// Un article concernant notre concert à Bangalore dans le Sud de l'Inde

Pour l'article, cliquez ICI /// For the article, click HERE  

Traduction:

 photographie de Vishnu Satish
Des styles distincts qui se réunissent (30 mars 2013)Pour célébrer la «Francophonie» - une organisation de pays de langue française - l'Ambassade de Suisse en collaboration avec l'Alliance Française a organisé récemment une performance par un duo suisse, comprenant la chanteuse Sylvie Bourban et le guitariste classique Mattias Windemo.

Chacun avait son propre son et style et pourtant, quand ils ont joué ensemble, leur musique a trouvé un tout autre sens. Le cadre était très romantique, avec seulement deux projecteurs sur les artistes alors que le reste de la salle regardait, dans l'obscurité. Sylvie a débuté avec "I think it's gonna rain today" de Randy Newman et sa voix apaisante semblait transporter l'auditeur dans un petit café quelque part en Europe, où l'ambiance est parfaite pour un concert acoustique. Elle a chanté avec passion tandis que Mattias jouait sans aucun effort, les deux, charmant leur public avide d'applaudir après chaque chanson.
C'était une sélection éclectique de chansons, à la fois en français et en anglais. Ils ont joué des morceaux tels que "In My Secret Life» de Leonard Cohen, «Blackbird» des Beatles et même «River» de Joni Mitchell  dans les genres non-jazz.
Pour les amateurs de jazz dans la foule, c'était un vrai plaisir d'entendre leur interprétation de "Johnsburg, Illinois » de Tom Waits ,« Miss Celie's Blues" de Quincy Jones et l'attendu morceau en Français et en Anglais « Autumn Leaves », entre autres. Même ceux qui ne pouvaient pas comprendre les chansons françaises ont ressenti les émotions avec lesquelles elles ont été chantées.
"C'était vraiment touchant de les voir et personnellement, j'ai aimé la façon dont la musique a transmis les émotions et les messages des chansons. La passion était très forte et tangible », a déclaré Sandeep Shrivatsav, un étudiant de langue française.
Pourtant, certains ont été déçus que l'attention ne fut pas complètement sur du jazz:"Je m'attendais à beaucoup plus de jazz, qui n'était pas là. Mais j'ai vraiment apprécié le blues et le genre de chansons qu'ils ont jouées. Elle a une voix magnifique et il est très bon à la guitare », explique Mohanraju, un membre du public.Sylvie justifie le manque de jazz en disant: «On peut trouver le Jazz dans les harmonies, dans l'improvisation et dans  le fait que nous ne jouons jamais la même chanson deux fois de la même manière." Interrogée sur ses impressions sur son concert à Bangalore, elle sourit et répond: «Le public était très chaleureux et enthousiaste. L'ouverture à la musique nous aide vraiment quand on joue pour de nouveaux auditeurs. "

(Deccan Herald)

Last night in Delhi, review... Critique du concert d'hier soir à Delhi...

picture credit: Sujay Das  

Pour l'article, cliquez ICI /// For the article, click HERE

Traduction:

"Ensuite, ce fut Sylvie Bourban, de la Suisse, qui était éblouissante dans une robe rouge et a étonné le public avec sa voix entrainée et son jeu très animé au piano. Bien que les membres de son groupe n'étaient pas là pour l'accompagner, sa performance a décollé directement vers le ciel alors qu'elle a chanté des chansons en français et en anglais avec un certain mélange Latino. Mais le moment le plus merveilleux dans sa performance est venue quand elle fait du scat impressionnant, qui rappelle la reine du swing: Ella Fitzgerald , avec l'accompagnement propre du virtuose à la guitare: Edwin Fernandes. Ensemble, ils ont aussi improvisé sur standards de jazz «Autumn Leaves». Soit dit en passant, elle m'a dit qu'elle jouait du piano sur scène pour la première fois ici, à New Delhi. Sylvie a un diplôme en musique professionnelle du Berklee School of Music et cela fait quatre ans qu'elle a joué professionnellement. En Inde, elle dit qu'elle a hâte d'écouter de la musique classique indienne. "

(Industanian times)