Une nouvelle vidéo: É Moûndo Dû Myô Véâdzo

En concert à l'Azimut d'Estavayer le Lac avec Matteo Mengoni au piano

É Moûndo Dû Myô Véâdzo (Sylvie Bourban)

Vidéo de Vincent Thaon

PAROLES EN PATOIS:

É MOÛNDO DÛ MYÔ VÉÂDZO

Oun bachën d'éivoue, oun pan de chéya
Oun cartî de möta to chëm- plamin

Y transmètechéi, dejàn de cônte
Y vyvechéi o momîn prejîn

É méimo chi mountàgne
Bën trouâ choïn reprinjey à vyà
Avouë corâdzo é fièrtâ parte- chéi trayë
Dabësquye falîye bën che nourî É dînche que vivechéi é moûndo dû myô véâdzo

Coûme oun röquye, pa oun' égrëme
É rin bejoîn de dère
Vouâ ën pè, oun ch'ën chouën- drë

Ën tèra vouà tô chëmplamin

É méimo chi moujatîre chû lou véjâdzo crojâe de ryànde
Chin îre rin decoûte é onj ivéi bën trouà dû

Chin îre derën ôdre di tsoûje É dînche que mourechéi é moûndo dû myô véâdzo

TRADUCTION:

LES GENS DE MON VILLAGE

Une louche d’eau, un pain de seigle, un quartier de tomme Tout simplement
La mémoire se transmettait à travers les contes
Et ils vivaient dans l’instant présent

Et même si la montagne, bien trop souvent, reprenait les vies
Avec courage et fierté, ils partaient travailler
Parce qu’il fallait bien se nourrir

C’est ainsi que vivaient les gens de mon village

Comme un roc, pas une larme, et nul besoin de paroles Va en paix, on se souviendra
En terre, va, tout simplement

Et même si l’inquiétude creusait des sillons sur leurs visages
Ce n’était rien à côté des hivers bien trop rigoureux Mais c’était dans l’ordre des choses

C’est ainsi que mourraient les gens de mon village