19 mars 2013, Calcutta, Inde

Récits d’une musicienne en quête de changement de rythme Ce matin, le réveil fut difficile ! Premier réveil à 1 heure du matin. La réception souhaitait savoir si j’avais faim. Deuxième à 2 heures pour savoir si j’avais envie de sortir. Ensuite, les bruits incessants de la ville, le marteau piqueur à 6 heures dans la cage d’escalier à 5 mètres de ma chambre, puis quelqu’un a frappé à la porte à coups très insistants… j’ai fini par répondre, les yeux gonflés de fatigue,  couverte d’un petit linge et le monsieur criait que ma voiture était là ! J’ai répondu que la voiture était prévue à la base à 9 heures, puis nous avons avancé à 8h30, c’est suffisant! Il est 8 heures, je descendrai à 8h30, comme prévu. Impossible ! Le téléphone a sonné, sonné, on m’a même appelé de Delhi pour me demander de descendre à la voiture ! Ce n’est pas possible ! Soit ils ont 2 heures de retard et on doit attendre patiemment, soit ils ont 30 minutes d’avance et il faut se stresser comme des lapins pour s’organiser.

Ce n’est pas l’horaire qui me gène dans le processus… c’est cette idée qu’il n’y a rien à faire et qu’il faut suivre ce qui est dicté et qui par ailleurs change sans arrêt… Il y a une résignation qui m'enflamme  d'indignation!

Pour supporter la frustration, une parade est de diminuer sa proprioception. Se sentir le moins possible… ça aide à supporter les frustrations les plus grandes… Cela dit, moins je me sens, plus je me sens seule et en mal-être. (pensée pour cet ami qui me dirait ici-même qu’entre m’anesthésier ou être violente, je dois prendre le chemin du ressenti de la violence. Parce que ça m’aide à sentir ce qui est juste ou pas pour moi…)

j’ai été tellement irritée par cela ce matin, qu’en arrivant à l’aéroport je me suis retrouvée dans un état d’irrévérence malgré moi… J’avais envie de m’insurger contre chaque petite chose, juste pour me sentir exister un peu. Non, je ne veux pas aller dans une ligne réservée aux femmes pour poser mon sac, oui je vaux la même chose que l’Indien mâle avec sa bague en diamant derrière moi. Non mais!

:-)