Blog Post

8 mars 2013, studio

CD03
  • CD03

Post Detail

Récits d’une musicienne en quête de changement de rythme

On prend un sujet, on l’éloigne de son habitat naturel ou intégré et que se passe-t-il ? Les observations, les réflexions se modifient. C’est tout à fait différent d’une prise de recul, d’un regard à partir d’un angle différent. C’est un changement total des habitudes et de l’organisation de l’individu qui modifiera ainsi son comportement à présent influencé par sa réadaptation au nouvel habitat.

Mon idéal était de me séparer de toute habitude, de tout luxe du quotidien. Le ménage, la lessive, la cuisine ? Bah, si je dois jeuner parce que je n’ai pas fait les courses, je le ferai avec plaisir. Le principal : je n’organiserai pas ma journée en fonction de l’ouverture des magasins. Pas question !    Tu parles…

C’est de la chaleur, oui de la chaleur que j’ai ressenti à l’idée d’organiser mon vendredi autour de la lessive et du ménage et de l’ouverture du magasin. Une sorte de félicité m’a envahie à l’idée d’organiser mon a-g-en-da. Mon organisme entier s’en est retrouvé rassuré… no comment.

Et je retournerai au savon et à l’eau, avais-je dit ! Pas question de venir avec un gel douche, peeling, gommage et tout le tsoin tsoin… outre le pain de savon, je me suis accordée d’emmener une crème pour le corps… et pas n’importe laquelle… j’ai emmené du mustela, pour les bébés, symbole de la renaissance que j’avais comme projet de vivre ici.

La régression est un terrain de jeu fascinant. Madelon m’avait parlé de la petite épicerie du monsieur de 90 ans le long de la route. Mon inconscient a fait l’addition, ni une ni deux, je me suis rapidement retrouvée dans l’envie irrépressible d’aller voir ledit monsieur et de lui acheter des biscuits au beurre (je n’en mange jamais) et de l’incarome ! (je n’en bois jamais) Je suis rentrée souriante au studio pour me préparer le goûter de mes 5 ans chez mon grand-papa ! Et j’ai trempé les biscuits ! Et j’ai eu un plaisir fou jusqu’au deuxième biscuit. C’est alors que le calcul des calories est venu entraver mon plaisir innocent.

La culpabilité, bon compagnon ? Je fais l’hypothèse que la sensation de culpabilité est venue presque en même temps que le sentiment de manque de la compagnie de mon grand-papa.

Tiré par les cheveux ? mmmm…. Même pas… ou si peu…

It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Post Tags

Copyright 2016 / Sylvie Bourban